Il est temps d’enregistrer: Partie 4 – Silence, ça enregistre

Comment mettre 20 guitaristes dans la même pièce et les enregistrer simultanément tout en s’assurant de capturer le meilleur son ? C’était le défi des sessions d’enregistrement de 5 jours des 100 guitares sur un bateau ivre.

Jetez un œil (une oreille ?) à la première prise de « Bateau Ivre »…

Globalement, malgré l’épidémie COVID, nous avons réussi à nous réunir tous dans la même pièce, et à nous mettre au boulot.

Le soleil était avec nous, et pendant que certains étaient à l’intérieur pour régler leur son, d’autres savouraient simplement le premier café de la journée ou jouaient sur une vielle console Nintendo dans une pièce à côté du studio…

Nous avons alors commencé le vrai travail. Pour obtenir le meilleur son, nous avons décidé d’avoir au moins deux prises par chanson. De cette façon, l’enregistrement donnerait l’impression qu’au moins 40+ guitares jouent. Nous avons essayé, autant que possible, de changer les guitares entre chaque prises pour obtenir un son encore plus diversifié sur la bande…

Les sons créatifs périphériques tels que les baleines, les cachalots, le maelström, les anguilles, les gouttes de pluie et plus encore – sons qui sont tous joués à l’aide de guitares – ont été enregistrés séparément.

20 guitaristes – voir le Hall de Gloire – signifie 20 amplis, 20 micros, 20 jeux de pédales et 20 possibilités d’obtenir un buzz ou un son polluant. C’était le défi des ingénieurs du son qui étaient avec nous et qui ont fait un travail fantastique pour assurer un son pur pour chacune des guitares…

Avec l’excellente préparation de l’enregistrement faite par Gilles, Serge et Nicolas, nous avons terminé après 4 jours et 1/2 de travail acharné. Ensuite, nous avons eu les rushs et nous avons compris que le mix et le mastering seraient encore plus difficiles ! Certaines des chansons avaient plus de 120 pistes !

Dur dur, non ?

Eh bien, restez à l’écoute pour le prochain blog qui parlera du mix et du mastering.